Portrait de Dieter Gussé ©retroronde.be

Dieter Gussé n'a pas seulement l'air d'un rude gaillard, avec ses cheveux longs et ses favoris noirs, il est également maigre et affûté comme un cycliste professionnel. Rien d'étonnant : ce technicien de 35 ans originaire de Deinze, en Flandre orientale, parcourt environ 4 000 kilomètres par an sur son vélo pour préparer les classiques flamandes version « cyclotouriste ».

Cela n'est pas exceptionnel pour un amoureux flamand de la petite reine, sauf que Gussé avale la majorité de ces kilomètres sur un vélo de course de 1926. Sur ce vélo, avec la tenue authentique assortie, il participe entre autres au Challenge Paris-Roubaix et au Tour des Flandres Cyclo.

Faites la connaissance de Dieter, le dernier Flandrien. Connu du public sous le nom de Dieter le Flandrien, Gussé (sur la photo) est un musée sur deux roues pour les amateurs du Tour des Flandres. Assis sur le type de vélo de course avec lequel le coureur flamand Lucien Buysse a remporté le Tour de France en 1926, il porte un maillot et un cuissard en laine, des chaussures en cuir, une vieille casquette de vélo, des lunettes de protection contre la poussière et des chambres à air en bandoulière. Au pied de chacune des 16 montées de la course de 244 kilomètres, il doit s'arrêter et retourner sa roue arrière pour pouvoir changer de vitesse. Par cet exploit, qui lui prend 12 heures, Gussé rend hommage aux pionniers légendaires de la tradition cycliste flamande : les « Flandriens ». « Je veux redonner vie à l'histoire de ces fils de fermiers endurcis à la tâche qui chevauchaient leurs vélos rudimentaires sur des routes pleines de trous », nous explique-t-il. « Les photos et les films ne suffisent pas à conserver vivante leur mémoire. »

Même si le meilleur cycliste belge de l'année est toujours récompensé du trophée du « Flandrien », Gussé estime qu'il n'y a plus de Flandriens. « Jusque dans les années 1940, faire du vélo était une question de survie », dit-il. « Les routes en pavés étaient alors en fait les bonnes routes. Je peux seulement donner une petite idée des conditions dans lesquelles ils devaient rouler. »

Vélos célèbres

Gussé a transformé son garage en caverne aux trésors remplie de souvenirs anciens ou plus récents. Parmi sa collection figure un authentique vélo de 1903 et un vélo ayant appartenu à Tom Boonen. Tous les vélos sont restaurés et remis exactement dans leur état d'origine et la plupart sont signés de leur ancien propriétaire. Gussé collectionne aussi les maillots et tous les accessoires qu'il peut dénicher. Ce sont son père et son oncle, tous deux mordus de vélo, qui lui ont transmis le virus de ce loisir extraordinaire. « Enfant, leurs histoires me fascinaient et j'ai vite enfourché à mon tour mon premier vélo de course », raconte-t-il. Il y a environ dix ans, il s'est aussi pris de passion pour l'histoire du cyclisme en Flandre et a commencé à restaurer un vieux vélo. « Cela a franchement pris des proportions un peu folles », confesse-t-il en souriant. 

Gussé n'est pas un passionné isolé. Chaque année, en juin, quelque 900 cyclotouristes parcourent le « RetroRonde van Vlaanderen » (Tour des Flandres Rétro). Tous les vélos doivent avoir au moins 25 ans et être équipés de pièces d'époque. Le Tour rétro attire des participants du monde entier. À la fin de notre entretien, nous demandons à Dieter Gussé s'il a l'impression de s'être trompé d'époque. « Absolument », répond-il sans hésiter. « Les gens se demandent parfois si je me torture sur cet antique vélo pour me faire remarquer mais je me sens si bien dessus que j'apprécie vraiment aussi chacune de mes sorties d'entraînement en solitaire. Je suis tellement content de partager ma connaissance du passé avec les autres, je n'ai jamais voulu être une attraction. »

Back to top