le vélo de l'Empereur
Des vélos et des marques de vélos ayant une vraie histoire : le riche passé du cyclisme en Flandre en a produit des dizaines.
Citons par exemple la légendaire marque Flandria, restée fidèle à sa tradition et à ses couleurs typiques rouge et blanc. Le musée du vélo WieMu à Roeselare (Roulers) abrite un exemplaire unique de vélo qui a servi à remporter une trilogie exceptionnelle. En 1962, Rik Van Looy réussit ce que personne n'avait alors jamais réalisé : en deux semaines, il remporte Gand-Wevelgem, le Tour de Flandres et – juste de l'autre côté de la frontière – Paris-Roubaix. Sur un vélo Flandria !
Van Looy, surnommé l'Empereur de Herentals, a été sacré champion du monde à deux reprises (1960 et 1961) et est aussi le seul cycliste à avoir gagné au moins une fois toutes les grandes classiques. Au printemps 1962, il était au meilleur de sa forme et s'est adjugé sa troisième victoire à Gand-Wevelgem. Van Looy prend la tête de la course au Mont Kemmel. Seuls trois coureurs parviennent à le suivre. Dans le secteur pavé de Bissegem, à quatre kilomètres de la ligne d'arrivée, Van Looy s'échappe et gagne haut la main. Une semaine plus tard, le même scénario se reproduit à peu de choses près au Tour des Flandres. À Quaremont, Van Looy prend part à une échappée de six coureurs, parmi lesquels Tom Simpson et son coéquipier Jef Planckaert. Dans le final, il sème ses compagnons d'échappée et remporte son deuxième Tour des Flandres, vêtu du maillot arc-en-ciel. Le dimanche suivant, il parachève son coup d'éclat avec sa troisième victoire à Roubaix.
Le vélo exposé au musée porte toujours les éraflures qui rappellent l'impact des graviers et la chute de Van Looy sur les routes pavées de Flandre. De la guidoline épaisse était employée pour atténuer la douleur aux mains. Van Looy a aussi été l'un des premiers à utiliser une fourche courbée pour mieux absorber les chocs sur les pavés. Les roues ont des boyaux en soie. Ceux-ci offrent une meilleure adhérence et augmentent le confort sur les mauvaises routes. Contrairement aux tendances actuelles, le cadre élevé et la selle abaissée sont remarquables – il est clair qu'à l'époque, on accordait peu d'attention à l'aérodynamisme de la position. Malgré cela, le vent et les pavés, la poussière et la boue n'ont pas empêché Rik Van Looy de gagner. Il fut un maître des classiques flamandes. Et le vélo sur lequel il a remporté le « triplé » Gand-Wevelgem, Tour des Flandres et Paris-Roubaix est une belle pièce historique !
Back to top