La parabole des talents - Pieter Bruegel l'Ancien - © Public Domain

Pieter Bruegel l'Ancien (environ 1520-1569) est particulièrement connu pour ses paysages idiosyncratiques et ses allégories, ancrés dans le folklore et la tradition biblique ou classique.

Pieter Brueghel l'Ancien - ca. 1565 (autoportrait)

Après avoir passé ses premières années dans l'ombre, Bruegel en est sorti après son installation à Anvers, alors un haut lieu de la renaissance européenne de l'érudition et de l'art. Là, il s'est entraîné en tant que peintre et graveur avant de rejoindre les rangs de la Guilde de Saint-Luc, un club de grands artistes qui rassemble véritablement le gratin des peintres flamands - Peter Paul Rubens, Hans Memling, et les deux fils de Bruegel, Pieter Brueghel le Jeune et Jan Brueghel.

Après une brève période en Italie, Bruegel déménage finalement à Bruxelles, où il continue de produire à tour de bras des chefs-d'œuvre selon son style emblématique : fortement authentiques mais hautement symboliques, profondément ancrés dans la tradition locale mais toujours universels de par leur sens et leur portée, et toujours populaire en dépit de l'iconoclasme ironique de Bruegel, qui rappelle souvent Hieronymus Bosch.

Le Paysage d'hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux et la brillante Chute d'Icare aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique à Bruxelles sont de parfaits exemples de cela, et valent un examen approfondi. Chacun à sa manière, les deux tableaux présagent la défaite de la guerre de Quatre-Vingts ans, qui a déchiré les Pays-Bas et a changé pour toujours la société que Bruegel avait si finement observé.

Back to top