Belgian Trappist and Abbey Beer ©www.milo-profi.be

Ce ne sont pas réellement des styles de bière en tant que tel, mais plus un dénominateur collectif pour les bières ayant un lien avec un ordre religieux et conformes à certaines conditions définies. Les bières peuvent être de n'importe quel style de bière que vous pouvez imaginer, toutefois la plupart d'entre elles se déclinent en 3 versions : blonde, brune (double) et triple.

Trappist Beer

Westmalle © www.milo-profi.be

Trappiste est le nom de l'ordre de cisterciens de stricte observance, également connus sous le nom d'ordre trappiste. L'ordre doit son nom à l'abbaye de Trappe, située dans la région française de la Normandie. Il s'agit d'un ordre religieux de catholiques romans de moines contemplatifs reclus qui suivent de manière stricte la règle de St. Bénédict. De nombreuses règles ont été assouplies depuis qu'elles ont été écrites au 6ème siècle. Toutefois, un principe fondamental, selon lequel les monastères doivent subvenir eux-mêmes à leur besoins, est toujours observé par ces groupes. Suivant cette règle, la plupart des monastères trappistes produisent un grand nombre de produits qui sont vendus pour fournir des revenus au monastère. Ils sont probablement plus connus pour leurs bières, qui sont uniques dans le monde de la bière.

Il y a douze brasseries trappistes dans le monde dont six se trouvent en Belgique: Westmalle, Westvleteren, Achel, Chimay, Orval et Rochefort. Leurs bières sont faciles à reconnaître grâce au logo hexagonal certifiant qu'il s'agit d'un authentique produit trappiste (www.trappist.be), ce qui signifie que la bière a été brassée au sein des murs d'un monastère trappiste ou dans son proche voisinage sous la supervision de moines trappistes.

La brasserie doit être d'importance secondaire au sein du monastère et il ne doit y avoir aucune intention de faire des bénéfices. Les marges sont dans cette philosophie moins importantes et les moines trappistes ont moins de pression pour réduire leurs coûts. Ils n'ont aucun problème pour utiliser les meilleurs ingrédients, les plus coûteux, garantie d'un produit de première qualité. Le principal objectif est de couvrir les dépenses des moines trappistes, et ce qui reste doit être donné à une œuvre de bienfaisance. Boire une bière trappiste est par conséquent toujours un peu un acte de charité (en plus du plaisir qu'elle offre).

L'association trappiste a un statut juridique, et son logo donne au consommateur certaines informations et garanties sur le produit. Le nom n'infère en aucun cas le type de bière.
L'importante concentration de bières trappistes en Belgique est une partie importante de la spécificité de la culture belge de la bière.

La bière d'abbaye

L'abbaye Averbode ©Averbodia

La bière d'abbaye est également un dénominateur collectif (donc pas un type de bière spécifique) pour les bières dont la marque commerciale fait référence à une abbaye norbertine ou bénédictine existante ou dissoute. La bière n'a pas à être brassée dans une abbaye ou près d'une abbaye mais il doit y avoir un lien démontrable historique avec le site de l'abbaye auquel la bière se réfère. De plus la brasserie doit payer des royalties à l'abbaye et l'abbaye peut également contrôler la stratégie marketing et le matériel publicitaire.

Afin de garantir que le nom ne soit pas utilisé à mauvais escient à des fins marketing, les brasseries et les ordres religieux ont créé un logo d'authenticité, qui dit ceci: « Erkend Belgisch Abdijbier » (bière d'abbaye belge reconnue, voir  www.belgianbrewers.be). Pour utiliser le logo les bières doivent se conformer à un minimum de conditions. Il s'agit d'un label belge et il s'applique uniquement à la bière belge.

Il est bon de savoir que chaque bière trappiste est également une bière d'abbaye étant donné que les conditions pour porter le logo Produit Trappiste Authentique sont plus strictes que celles pour une bière d'abbaye. Mais cela ne marche pas dans l'autre sens étant donné que les bières d'abbaye ne doivent pas être brassées près d'un monastère actif. Même si boire une bière d'abbaye est également un peu une bonne action étant donné que les royalties payés à la brasserie vont à des activités culturelles et/ou de bienfaisance.

Dubbel and Tripel beer

Ces termes proviennent d'une coutume du Moyen-Âge. La bière normale (ordinaire) était appellée « simple » et était bue par les travailleurs ordinaires et les moines. Cette bière était assez bien pour eux, mais les personnes plus respectées et plus fortunées souhaitaient un meilleur produit. Pour répondre aux désirs de ces clients fortunés les brasseurs ont créé une bière plus forte (en utilisant plus de malt).

Les transporteurs et les propriétaires de bars ne savaient souvent pas lire à cette époque. Par conséquent le brasseur marquait ses fûts avec des croix (à la craie). Une croix sur les fûts ordinaires, deux sur les fûts contenant une bière plus forte (bière double) et trois sur les bières les plus fortes (bière triple).

Les termes simple, double (dubbel) et tripple (tripel) n'ont rien à voir avec le processus de fermentation ou de maturation de la bière, comme on le suppose souvent. Il fait référence à la quantité de matières premières (malts et céréales) utilisée. Plus il y a de matières premières, plus la bière est forte. Une double est plus forte qu'une simple mais elle n'est pas deux fois plus forte et l'on utilise pas non plus deux fois plus de quantité de matière première.

En fait le terme de « simple » tombe en désuétude mais certaines brasseries utilisent le terme « extra » à la place pour désigner leurs bières légères et désaltérantes. En outre certains brasseurs ont également lancé les « quadruples » avec encore plus d'alcool.

De nos jours nous associons habituellement la double à la bière brune et la triple à la bière blonde, mais ce n'est pas toujours le cas. La plupart des brasseurs suivent ce « code couleur » mais certains d'entre eux n'en tiennent pas compte. De la même manière la bière quadrupple est habituellement une bière brune.

Prenez le temps de profiter des abbayes, de leurs environs et de leurs produits.

Back to top