Veronique Branquinho - ©Johan Jacobs, Void The Blog
Originaire de Flandre (1973), Veronique Branquinho a étudié à l'Académie de la Mode à Anvers. Connue pour être la grande prêtresse du romantisme en noir et blanc, l'attrait de ses créations réside dans leurs détails.

Née en Belgique, Véronique Branquinho est issue des moules de l’Académie des Beaux-Arts d’Anvers, où elle décroche son diplôme en 1995. Elle commence par travailler pour différentes marques de mode (dont Miu-Miu). Entretemps, elle s’attelle également à sa propre collection qui, lors de sa présentation dans une galerie d’art parisienne en octobre 1997, sera largement ovationnée aussi bien par la presse que par le public. En collaboration avec Raf Simons, elle crée deux collections (printemps/été 1999 et automne/hiver 1999/2000) pour la ligne italienne Ruffo Research – collections qui seront présentées au public durant la semaine de la mode à Milan. 

Les créations sophistiquées et hybrides de Branquinho respirent à la fois la force et la vulnérabilité, la sensualité et l’innocence, le raffinement et la rationalité. 
Héroïnes romantiques à l’allure victorienne, les filles de Véronique Branquinho dégagent quelque chose de mystérieux, voire d’inquiétant. 
La styliste joue la carte de l’ambiguïté – une ambiguïté qu’elle traduit dans un langage vestimentaire sobre et poétique, sans chercher à faire de l’effet. 

Ses créations font d’elle une des stylistes les plus passionnantes et prometteuses de sa génération. 

En 1998, elle participe à la Biennale Della Moda à Florence et remporte à New York le VH1 Fashion Award récompensant le (la) meilleur(e) jeune styliste du moment. 

En juin 1999, son travail est exposé à la galerie d'art du magasin Colette à Paris avec, aux cimaises, des photos de Raf Coolen, Bert Houbrechts et Willy Vanderperre prises dans les coulisses de ses défilés. 
En 2000, elle reçoit le « Moët Fashion Award » en Belgique et en 2001, elle participe à l'exposition « Belgian Fashion : Antwerp style » au musée du Fashion Institute of Technology à New York. 
En 2001, elle participe également à l’exposition « Radicals and Emotions », dans le cadre du projet Mode 2001 Landed Geland à Anvers. 
En 2002, elle crée un imperméable blanc qui ne sera réalisé qu’en quelques exemplaires, pour Documenta 11 à Kassel, Allemagne. 
En 2003, Véronique lance sa première collection hommes à Paris (hiver 03-04) et ouvre son propre espace de vente à Anvers. 
Le photographe belge Jean-François Carly réalise un film sur elle et son travail pour Show Studio, le site web de Nick Knight.

Back to top