Chers amoureux de la Flandre,

Vous le savez sans doute, des mesures supplémentaires sont actuellement en place, afin d'assurer la sécurité de chacun. Vous trouverez des informations détaillées sur ce site internet. Nous vous invitons également à consulter les conseils aux voyageurs, ou de contacter les autorités locales.

Si vous prévoyez de voyager en Flandre, à Bruxelles ou ailleurs en Belgique pour une durée de 48 heures ou plus, il vous faut impérativement remplir le formulaire « Passenger Locator Form », dans les 48 heures précédant votre arrivée en Belgique. 

En attendant de pouvoir vous accueillir à nouveau dans notre belle région, prenez soin de vous ! 

Salutations chaleureuses,
VISITFLANDERS

The James Ensor house - Ostend (c) Westtoer

Un pionnier, un immense artiste et une figure clé de l’histoire de l’art moderne. Le peintre James Ensor (1860 – 1949) est unique en son genre. L’héritage de ce maître moderne est dispersé dans le monde entier, mais pour réellement le connaître, rendez-vous chez lui : en Flandre.

James Sidney Edouard Ensor est né en 1860 à Ostende, d’un père britannique et d’une mère belge. Il a grandi dans le magasin de souvenirs tenu par ses parents. Les masques de carnaval qu’ils y vendaient ont captivé Ensor dès son plus jeune âge. Ils deviendront finalement une partie essentielle de son œuvre. A quatorze ans, le jeune James commence à prendre des leçons de dessin. Son indéniable talent l’amène jusqu’à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. De là, il débute une carrière impressionnante qui durera près de 70 ans et qui donnera naissance à quelque 850 tableaux.

Ensor - Self portrait with flower hat -Mu.ZEE, www.lukasweb.be – Art in Flanders, foto Hugo Maertens

Son œuvre est certes incroyable, mais l’artiste ostendais ne s’est pas limité à un seul genre. Ce maître flamand moderne avait une irrésistible soif d’expérimentation. Ensor est considéré comme un pionnier dans de nombreux styles tels que le luminisme, le fauvisme, le cubisme, l’expressionnisme, le futurisme et le surréalisme. S’il aimait expérimenter, certains thèmes étaient récurrents et constituent aujourd’hui le fil conducteur de son œuvre. Ainsi, dans ses toiles, il dépeint souvent des personnages masqués, clin d’œil à son enfance dans le magasin de souvenirs. La figure de la mort est également une constante dans son art, tout comme son aversion latente pour la bourgeoisie et les valeurs établies, bien qu’il en ait lui-même fait partie par la suite : en 1929, il a été fait baron.

Ce mélange unique a donné au monde un certain nombre de chefs-d’œuvre inégalés, qui sont aujourd’hui exposés dans les plus grands musées du monde. Son tableau emblématique et peut-être le plus célèbre, L’entrée du Christ à Bruxelles (1888), est exposé au musée Getty de Los Angeles. D’autres de ses œuvres peuvent être admirées au Louvre et au musée d’Orsay à Paris, au MoMa et au Guggenheim à New York et au Rijksmuseum à Amsterdam. Plus de 70 ans après sa mort, Ensor voyage toujours aux quatre coins du monde.

The James Ensor house - Ostend (c) Westtoer

Ensor s’est pourtant toujours senti tellement bien chez lui. Au cours de sa vie, il n’a quitté Ostende que pour une courte période, le temps de se perfectionner à l’Académie des beaux-arts de Bruxelles. Il passe le reste de ses jours bercé par le murmure rassurant de la mer du Nord. Et c’est pourquoi il s’agit du meilleur endroit pour le découvrir. Là où il est né, a peint ses chefs-d’œuvre et a rendu son dernier soupir. 

Ensor head

Le meilleur exemple en est la maison Ensor, à deux pas de la plage de la mer du Nord. C’est là qu’il a vécu et travaillé pendant les trente dernières années de sa vie. Aujourd’hui, elle rend hommage au maître. La maison de James Ensor a été conservée dans son état d’origine et peut encore être visitée. Ce patrimoine unique est désormais complété par un tout nouveau centre d’accueil des visiteurs, qui met en exergue la vie et l’œuvre du maître. Des salles thématiques et des expositions temporaires dévoilent un autre aspect de la vie et de l’œuvre du maître. Le musée d’art Mu.ZEE, situé à un quart d’heure de marche de la maison Ensor, apporte également sa contribution avec une collection permanente. Mais outre ces deux endroits incontournables, il y a encore bien des choses à apprendre sur Ensor et sa ville, comme vous pouvez le découvrir ici.

The James Ensor house - Ostend  (c) Westtoer

Ostende était le grand amour d’Ensor, cela est évident, bien qu’il ait également eu une histoire d’amour avec Bruxelles où il a retrouvé son individualité artistique. Il a été l’un des fondateurs des XX (Groupe des Vingt), un groupe d’artistes novateurs qui a apporté un nouveau dynamisme au monde de l’art. Le Palais des Beaux-Arts (aujourd’hui : Bozar), qui venait d’ouvrir à l’époque, lui a consacré sa plus grande et plus importante rétrospective. Aujourd’hui, on peut encore trouver certains de ses chefs-d’œuvre aux musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB), tandis que la métropole anversoise dispose également d’une impressionnante collection d’Ensor. Le KMSK d’Anvers expose également quelques toiles emblématiques tandis que le musée Plantin-Moretus possède une magnifique collection de 188 estampes et 13 dessins du maître. Le musée des Beaux-Arts de Gand et le musée Dhont-Dhaenens, situé à proximité, exposent un certain nombre de ses œuvres.

L’œuvre de James Ensor a peut-être conquis le monde, mais la Flandre est et demeure son berceau.

Retour en haut de page