Chers amoureux de la Flandre,

Vous le savez sans doute, des mesures supplémentaires sont actuellement en place, afin d'assurer la sécurité de chacun. Vous trouverez des informations détaillées sur ce site internet. Nous vous invitons également à consulter les conseils aux voyageurs, ou de contacter les autorités locales.

Si vous prévoyez de voyager en Flandre, à Bruxelles ou ailleurs en Belgique pour une durée de 48 heures ou plus, il vous faut impérativement remplir le formulaire « Passenger Locator Form », dans les 48 heures précédant votre arrivée en Belgique. 

En attendant de pouvoir vous accueillir à nouveau dans notre belle région, prenez soin de vous ! 

Salutations chaleureuses,
VISITFLANDERS

(c) Sint-Baafskathedraal Gent, www.lukasweb.be - Art in Blanders, foto Dominique Provost

L’un des plus grands trésors artistiques du monde est caché dans la ville animée de Gand : l’Adoration de l’Agneau mystique des frères van Eyck, également connu sous le nom de Retable de Gand. Après une restauration intensive, il est à nouveau chez lui. Enfin ... Le tout nouveau centre de visiteurs de la cathédrale Saint-Bavon dévoile les secrets de ce chef-d’œuvre.

Le cathédrale Saint-Bavon retrouve ses divines couleurs

En 1432, l’histoire de l’art a été écrite à Gand. Au sein de l’emblématique cathédrale Saint-Bavon, une œuvre majeure a été dévoilée au monde : l’Adoration de l’Agneau mystique de Jan van Eyck et de son frère Hubert. Une œuvre monumentale composée de douze panneaux, chacun représentant une scène biblique. La technique choisie pour s’exprimer est la peinture à l’huile, dont van Eyck est considéré comme un pionnier. S’il est vrai qu’il n’a peut-être pas inventé ce procédé artistique, il n’en demeure pas moins qu’il l’a certainement perfectionné. Le Maître flamand a appliqué plusieurs couches semi-transparentes les unes sur les autres, en allant des tons clairs aux tons foncés. Il en résulte une sensation inégalée de profondeur et de perspective dans ce chef-d’œuvre.

Le sens du détail, l’habileté technique et l’utilisation débordante de la couleur font de Jan van Eyck une figure de proue de l’art : au niveau international, mais aussi bien sûr en Flandre. Avec ses collègues, le grand Pieter Bruegel et le grand maître baroque Pierre Paul Rubens, il forme le trio artistique des maîtres flamands. Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés, car ils vivaient à des époques différentes, le trio a élevé l’art à un niveau supérieur.

Ghent Altarpiece Lam Gods - (c) Art in Flanders, foto Cedric Verhelst

Une histoire tumultueuse

Les Maîtres flamands ont offert au monde une œuvre extraordinaire, riche en points forts qui résistent avec panache à l’épreuve du temps. Le Retable de Gand en est une belle illustration : une œuvre du plus haut niveau artistique, qui suscite un intérêt universel. D’une part, parmi les amateurs d’art et, d’autre part, parmi des personnes animées d’intentions moins louables. En 1794, (une partie de) l’Agneau mystique a quitté la cathédrale Saint-Bavon pour la première fois. Des soldats français ont emporté les panneaux centraux à Paris. Ils ne reviendront à Gand qu’en 1815, après la chute de Napoléon.

C’est le début d’une histoire du moins mouvementée. Au fil des siècles, le retable de l’Adoration de l’Agneau mystique a été volé ou retiré de la cathédrale à sept reprises. Le retable est un des tableaux les plus volés de l’histoire de l’art. Il en porte encore les stigmates. En 1934, deux panneaux latéraux ont été volés, et un seul a été retrouvé. Le panneau représentant les Juges intègres n’a toujours pas été retrouvé.

Restauré en public

En 2012, un nouveau chapitre s’est ouvert avec cette fois la restauration du chef d’œuvre. Un groupe d’experts s’est mis au travail sous les yeux du public. Les visiteurs pouvaient tout suivre par la fenêtre de l’atelier, au Musée des Beaux-Arts de Gand. Près de dix ans plus tard, l’œuvre a été entièrement restaurée dans sa splendeur originelle.

Museum of Fine Arts Ghent

De retour chez lui, mais dans un nouvel environnement

Le retable de Gand peut enfin rentrer chez lui, mais dans un environnement différent cette fois. Depuis 1985, ce chef-d’œuvre était exposé dans un espace plutôt exigu de la cathédrale qui ne rendait pas justice à la gloire et au prestige de ce retable. Cette situation ne pouvait plus durer. C’est pourquoi une chapelle de l’abside de la cathédrale a été transformée en nouvelle demeure de l’Agneau mystique et un tout nouveau centre de visiteurs a été aménagé dans la crypte de la majestueuse cathédrale.

Équipés de lunettes à réalité augmentée, les visiteurs peuvent faire un voyage dans le passé de la crypte de la cathédrale et assister à l’histoire tumultueuse du retable de Gand et de la cathédrale comme s’ils y étaient. Tant le chef-d’œuvre que l’édifice imposant prennent vie dans les moindres détails. Venez ressentir le mystère ultime. Que vous soyez amateurs d’art chevronnés ou une famille en visite, le Centre de visiteurs du Retable de Gand vous accueille tous et vous prépare à découvrir toute la splendeur de cette œuvre majeure dans la chapelle du Sacrement de la cathédrale.

St. Bavo´s Cathedral & Visitor Center - (c) Sint-Baafskathedraal Gent, Art in Flanders, foto Bas Bogaerts
L'Agneau mystique est de retour chez lui : dans sa propre cathédrale Saint-Bavon, au cœur de la cité d'Artevelde. Longue vie au Retable de Gand !
Retour en haut de page