Chers amoureux de la Flandre,

Vous le savez sans doute, des mesures supplémentaires sont actuellement en place, afin d'assurer la sécurité de chacun. Vous trouverez des informations détaillées sur ce site internet. Nous vous invitons également à consulter les conseils aux voyageurs, ou de contacter les autorités locales.

Si vous prévoyez de voyager en Flandre, à Bruxelles ou ailleurs en Belgique pour une durée de 48 heures ou plus, il vous faut impérativement remplir le formulaire « Passenger Locator Form », dans les 48 heures précédant votre arrivée en Belgique. 

En attendant de pouvoir vous accueillir à nouveau dans notre belle région, prenez soin de vous ! 

Salutations chaleureuses,
VISITFLANDERS

The Virgin and Child with Canon Joris Van der Paele (c)www.lukasweb.be -Art in Flanders vzw photo Hugo Maertens, http://www.lukasweb.be/fr/photo/la-vierge-au-chanoine-van-der-paele-9

Jan van Eyck voit le jour pendant le Moyen Âge tardif, quelque part entre 1385 et 1390, sans doute à Maaseik. Le jeune Van Eyck est mentionné pour la première fois dans les archives dans les années 1420. À l’époque, il est employé dans la cité ducale de La Haye. Après le décès de son mécène, Van Eyck retourne dans les Pays-Bas bourguignons. Il vit d’abord à Lille, puis à Bruges.

Jan Van Eyck - Madonna avec Canon Joris Van der Paele © Groeninge Museum Bruges
Jan van Eyck était un véritable innovateur. Son œuvre a défini l’histoire de la peinture. Connu avant tout pour son extraordinaire maîtrise de la peinture à l’huile, il est considéré comme le père de cette technique picturale. Combinée au savoir-faire révolutionnaire de l’artiste, la peinture à l’huile a permis à Van Eyck de copier tous les aspects de la réalité – des étoffes aux pierres précieuses en passant par les phénomènes naturels –, insufflant ainsi un réalisme exceptionnel à ses peintures. Jan van Eyck a été l’un des premiers peintres à se construire une identité individuelle à une époque où l’on était simplement un artiste parmi d’autres. Il signait ses peintures – ce qui était tout à fait inhabituel à l’époque – et il avait même sa propre devise : als ich can (« du mieux que je peux »).
 

Vingt œuvres seulement de Van Eyck ont été conservées pour la postérité. Chacune de ses œuvres est donc d’une valeur inestimable. Le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers possède dans sa collection l’huile sur panneau inachevée de Sainte Barbe (1437) ainsi que la Vierge à la fontaine (1430), une œuvre extraordinairement détaillée. Il y a deux autres peintures réalisées par Van Eyck à Bruges, où le peintre a vécu à partir de 1432. La Vierge au chanoine van der Paele (1436) est la deuxième plus grande peinture de l’artiste après le Retable de Gand. La deuxième œuvre brugeoise est le Portrait de Marguerite van Eyck (1439). Son œuvre la plus célèbre est le Retable de Gand, que l’on peut admirer à la cathédrale Saint-Bavon de Gand. Cette œuvre compte parmi les rares peintures d’importance majeure qui ont défini l’histoire de l’art.

© www.lukasweb.be - Art in Flanders vzw
Retour en haut de page