Aalst (c) Toerisme Aalst
Par Bart Van Loo, écrivain de “Les Téméraires. Quand la Bourgogne défiait la France”

Alost

Aalst - Grote Markt - Dirk Martens

1. Statue de l’imprimeur flamand Thierry Martens sur la Grand Place

Dans les Plats Pays*** méridionaux l’impression des livres est apparue à l’époque du duc de Bourgogne Charles le Téméraire. On pourrait débattre longtemps sur la question de savoir qui peut se targuer d’être le tout premier imprimeur de notre région mais il ne fait aucun doute que cela s’est passé en 1473. Cette année-là, Nicolaus Ketelaer et Gherardus de Leempt publièrent à Utrecht une adaptation populaire de la Bible. Cette même année, le Recuyl of the Historyes of Troy sort des presses à Bruges sous la supervision de William Caxton et de Colard Mansion mais le plus célèbre imprimeur de cette improbable année 1473 reste sans aucun doute Thierry Martens d’Alost. L’œuvre qu’il fit alors découvrir au monde fut le Speculum conversionis peccatorum, un miroir de la conversion des pécheurs signé Dionysos le Chartreux. 

Il se peut que Martens ait appris le métier à Venise, où il fut un temps l’apprenti curieux du Gantois expatrié Gherardus de Lisa, un professeur-musicien enthousiaste qui, en tant qu’imprimeur amateur, suivait de près les nouveaux développements. Thierry Martens gagnait bien sa vie à Alost, puis à Louvain en réalisant des publications bon marché pour étudiants. En commerçant habile, il savait comment emballer ses nobles intentions : « La plupart des imprimeurs dédient leur travail à de grands hommes ou à leurs meilleurs amis. Pour ma part, je ne souhaite que stimuler au maximum les études dans cette université florissante. Il est donc logique que je vous consacre toutes mes publications, à vous, la jeunesse qui m’est si chère ». Martens parle bien sûr des étudiants de l’Alma Mater de Louvain dont le nombre,  grâce à Philippe le Bon, entre autres, augmente et forme un vivier de talents dans l’administration ducale. 

La statue sur la Grand Place date de 1856. Le bronze oxydé est devenu vert et noir, ce qui a poussé les habitants d’Alost à appeler la statue “l’homme noir”, dans le dialecte local : “de zwette maan”. La statue ne se trouve qu’à une minute de marche de l’église Saint-Martin. Après la suppression du monastère des Guillemites d’Alost en 1784, la pierre tombale de Thierry Martens a été transférée à l’église Saint-Martin. Là, vous pourrez peut-être consacrer quelques pensées à l’homme qui est connu, en Flandre tout au moins, comme “le premier imprimeur des Pays-Bas”.
***Plats-Pays : ce terme désigne ici l'ensemble des comtés, duchés et principautés qui se situent au nord de Lille et d'Arras et sont unifiés progressivement au cours des XIVe et XVe siècles. Ce regroupement des territoires septentrionaux des ducs de Bourgogne se divisera ultérieurement en deux parties qui deviendront respectivement les Pays-Bas et la Belgique. Les plats-Pays traduisent littéralement les termes néerlandais synonymes Lage Landen et Nederlanden et évite toute confusion avec les Pays-Bas actuels.

© BVL

Grand Place, Alost
Entrée libre
www.visit-aalst.be/fr

Retour en haut de page